La dernière fois que j'avais entendu parler du français Pierre Lefeuvre alias Saycet, c’était en 2015. Et je prophétisais à l’époque que je n’oublierais plus son nom.

Et c’est vrai : le temps qui sépare « Mirage » de « Layers » a été mis à profit par le musicien pour se consacrer à des projets d’illustrations sonores et de musique de film et spectacle dont je n’ai pas pu vous faire profiter. Mais ce nouvel album est l’occasion de (re)nouer une relation un peu trop fragmentée pour moi. Je constate d’abord que Saycet a évolué : ici plus de voix, et une place plus grande laissée à des ambiances plus enveloppées par une instrumentation plus acide mais aussi plus chaude. On n’ira pas la qualifier d’orchestrale, car ce n’est pas le cas, mais c’est pourtant presque l’impression qu’on a à la première écoute ; en fait d’orchestre, de multiples couches de sonorités électroniques se superposent pour remplir l’espace sonore, pour un résultat aussi plaisant mais plus original. « Layers » signifie d’ailleurs « calques », et c’est bien la façon dont Saycet bâtit son œuvre : par couches successives. Quoi qu’il en soit, ce disque est, encore une fois, un superbe album qui fait le pont entre electro et trip hop, et si on veut être chauvin, hisse haut les couleurs de la France en la matière. L’album s’écoute et se réécoute sans mal, alternant entre les titres plus ambiant et les pièces plus rythmées et proche du club sans jamais basculer. Toujours aussi mélancolique, la musique du français ne plombe pourtant pas l’ambiance, et ne sera donc pas à réserver aux amateurs de trip hop et ambiant. Magique !

 (Coup de coeur de Marc - Saint Amand les Eaux)

Nous avons détecté une activité suspecte. Veuillez cliquer ici pour poursuivre.