THE CELTIC SOCIAL CLUB : A new kind of freedom

Imprimer
AddThis Social Bookmark Button

THE CELTIC SOCIAL CLUB : A new kind of freedom                                                                                                                                                                                                                        

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                             

 

The Celtic Social Club s’est formé il y a sept ans avec l’idée de rendre hommage autrement à la musique celtique dans son ensemble, a été porté par Les Vieilles Charrues, s’est fait connaître bien au-delà de nos frontières au cours de tournées mondiales. Et le revoilà pour un deuxième album, avec à peu près les mêmes trognes. Et non des moindres ; deux Red Cardell, le chanteur des Silencers, et quelques amis expérimentés et fans de l’univers celtique.

Si tout ce beau monde est réuni de nouveau pour donner suite à un projet qui n’était pas forcément voué à durer, c’est que ses papas estimaient avoir d’autres choses à partager. « A new kind of freedom » vise comme son aîné à  se positionner dans une « vulgarisation celtique » marquée par l’hybridation de la modernité et de thèmes traditionnels. On y trouvera donc presque naturellement du folk, du rock, du punk, un peu d’électro, de reggae, des choeurs sénégalais sur l’évocation musicale de l’histoire de « Joyeux noël » (oui, celui avec Dany Boon), et pas mal de pop. Les dix titres de ce disque constituent certes un tout, mais pourraient tout aussi bien avoir l’air d’une bonne compilation ; chacun a sa propre couleur, son ambiance, son caractère, et tous fonctionnent à la perfection. Frais, varié et entraînant, ce deuxième album est un représentant de luxe pour la musique celtique, l’emmenant au-delà de ses frontières et de notre siècle. Vivement la prochaine étape !